Rentrée scolaire rime avec nouveau roman.

ecrire

Bonjour les filles ! Comment allez-vous en ce mois de Septembre ?

Cela fait quelques temps que je n’ai pas posté d’articles. Peut-être est-ce du au manque d’attractivité de blog ? Ou bien tout simplement car j’ai été très occupée avec l’achat du mobilier pour mon emménagement à La Roche Sur Yon.

Je m’apprête à sauter le pas Mercredi. Enfin seule. Ce ne sera pas évident, certes, mais je profite de cette année d’autonomie pour me donner à fond dans mes projets professionnels et donc par la même occasion scolaire tout comme en écriture.

D’ailleurs c’est simple, cette rentrée digne d’un mois d’octobre et automnal m’a inspiré pour la rédaction d’un nouveau roman. Cette fois bye bye jeunesse parisienne et bienvenue dans une sature d’un pensionnat anglais. Et ceux qui auront lu mon premier chapitre savent que j’écris toujours sur des lieux bien existants même si l’histoire reste purement fictive.

Ce dimanche 6 septembre, m’ennuyant fermement, je vous communique donc le peu de mots que j’ai couché sur le papier (et l’ordinateur bien sûr).

Alors, Girls, j’attends votre opinion avec impatience afin de progresser !

CHAPITRE 1

Gill Cordell, seize ans, noua son épaisse chevelure rousse en une queue de cheval parfaitement droite. Elle bâta des cils pour repousser, vainement, sa longue frange rebelle de ses grands yeux gris.

Assise en tailleur sur le gazon verdoyant de St Margaret’s, pensionnat pour jeunes filles de bonnes familles, l’adolescente pouvait sentir l’herbe frivole caresser ses cuisses menues. Le soleil, encore doux en cet fin d’octobre, perçait de ses rayons tièdes son blazer vert et bleu, réchauffant son dos endoloris. Les sélections pour intégrer le club de hockey avaient eu lieu le matin même et Mrs Steadworthy, à la rigueur innée, les conduisit à se surpasser. Esquiver les coups étaient d’ordinaire sa spécialité mais ses erreurs de placements avaient rendu son jeu fort mauvais. Apprendre à devenir une jeune femme accomplie et faire partie du cercle de tricot aurait pu s’imposer comme une évidence pour le jolie rouquine si elle ne se contrefichait pas tant des modes et des usages. Certaine de sa non qualification au sein de l’équipe, Gill enfouit son visage rond, qui clamait son innocence, entre ses doigts fins. Seul le hockey lui permettait d’apprécier un temps soit peu le train train et les rivalités constantes de St Margaret’s.

Perdue dans un crin de verdure, au cœur du comté du Hertfordshire, l’établissement visait l’excellence par l’impassibilité. « Tolérance zéro » leur répétait Summer Bilson , représentante de la Sixth Form et préfète en chef des dortoirs, en fronçant ses sourcils noyés pour moitié sous son imposante paire de lunette, dont la coupe arrondie lui donnait l’allure d’une chouette. Bien que le règlement intérieur interdisait la consommation d’alcool et de tabac dans les locaux, les filles bravaient régulièrement ces interdits. Ainsi que la majorité des règles qui régissaient leur année d’étude entre ses grilles dorées. Les murs, tapis de briques rouge, uniquement, gardaient le secret de leurs escapades nocturnes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s